Loading...

Carl F. Bucherer, l’esprit de Lucerne

Depuis plus de 130 ans, la maison lucernoise Carl F. Bucherer, toujours en mains familiales, est une référence et une marque de luxe de portée mondiale. Comme le démontre son très innovant Manero Tourbillon Double Peripheral.

par Pierre Maillard

La nature des créations actuelles de Carl F. Bucherer est intrinsèquement liée à ses origines. À commencer par l’esprit entrepreneur de son fondateur, qui ouvrit en 1888, une boutique de montres et bijoux à Lucerne et se fit tôt reconnaître pour l’audace, l’élégance et la qualité de ses produits. Ses deux fils, envoyés parcourir le monde, deviendront respectivement horloger et orfèvre, et entameront la première phase de l’expansion internationale de la marque. Mais tout aussi important est le profond ancrage de la maison à Lucerne. Son terroir. Le slogan de la marque, « Made of Lucerne » et non pas tout simplement « Made in Lucerne », l’exprime parfaitement. Lucerne, son caractère particulier, son goût historique pour le baroque, sa réalité à la fois cosmopolite mais insérée dans une nature forte et intacte, ont forgé l’esprit et l’esthétique de son horlogerie. En 130 ans d’existence, la marque lucernoise a connu en pionnier toutes les évolutions marquantes de l’horlogerie, proposant à chaque période des garde-temps marquants et s’ouvrant progressivement au monde entier. En 2008, la marque pose un jalon important en devenant la première manufacture horlogère à proposer, en série, un remontage automatique par masse oscillante périphérique. Avantages de cette proposition : un gain dans l’épaisseur du mouvement et, surtout, une vue pleinement dégagée sur ce dernier, laissant apparaître le savoir-faire horloger et le soin apporté aux finitions.

Première mondiale en double

Forte de cette expertise, Carl F. Bucherer accomplit un pas supplémentaire avec le récent Manero Tourbillon Double Peripheral. Pour la première fois en horlogerie, remontage automatique périphérique et tourbillon périphérique s’associent. D’où le nom de ce garde-temps à la fois très pur et innovant. À l’œil, le résultat est superbe. La cage du tourbillon, normalement maintenue sur un axe entre le pont de balancier en surface et la platine au fond, ou, dans le cas d’un tourbillon dit « volant », maintenu uniquement par le fond, est ici dégagée de tout pivot. Elle semble tourner en totale liberté, comme suspendue dans le vide. Il n’en n’est rien, bien entendu. Elle est entraînée de façon périphérique grâce à trois roulements à billes en céramique. Sans qu’on les voie, celles-ci font tourner la cage sur elle-même en une minute, de façon douce, continue, stable et précise. Sur l’échelle graduée qu’elle parcourt, une aiguille sertie sur la cage fait office de petite seconde.

Date de création

1888

Statut de la société

Société anonyme

Direction

Sascha Moeri, CEO

Nombre de collaborateurs

200

Collections phare

Manero, Patravi, Adamavi, Pathos, Alacria

Best-seller

—-

Prix de vente publics

En moyenne de CHF 5’000.- à 30’000.-, quelques modèles à plus de CHF 400’00.-

Production annuelle

25’000 pièces

Site Internet

www.carl-f-bucherer.com

À l’œuvre, le dernier mouvement développé par les ingénieurs et horlogers de la maison, le calibre CFB T3000. Sa construction unique offre en outre un stop-seconde qui, en arrêtant la course de la cage, permet au porteur de régler sa montre avec la plus grande précision. Chronomètre certifié (rare pour un tourbillon), il est doté d’une réserve marche de 65 heures, favorisée notamment par une ancre et une roue d’ancre en silicium, atténuant les frottements et ne nécessitant aucune lubrification.

Mais cette approche technique, qui a réclamé des années de recherche, n’a de sens pour Carl F. Bucherer que si elle apporte aussi un surcroît de plaisir esthétique. C’est pleinement le cas du Manero Tourbillon Double Peripheral. Son grand tourbillon bat en majesté sur la partie supérieure d’un cadran d’une parfaite sobriété, dédié à sa seule fonction horaire. Au dos, le mouvement est totalement dégagé à la vue, grâce à la masse périphérique. Ainsi vue de dessous, la cage du tourbillon semble vertigineusement suspendue. Est-ce ce qu’on appelle « l’esprit de Lucerne » ?

Ricardo Rodríguez, footballeur suisse et ambassadeur de la marque.

Ricardo Rodríguez, parfait ambassadeur

Fier de son ancrage, aux côtés de l’Association suisse de football (ASF) depuis 2016 et chronométreur officiel des équipes nationales suisses, c’est tout naturellement que Carl F. Bucherer a choisi un footballeur suisse comme ambassadeur. De père espagnol et de mère chilienne, Ricardo Rodrìguez a grandi à Zürich, débuté sa carrière au FC Zurich en 2010, passé au Vfl Wolfsburg avant d’intégrer l’AC Milan en 2017. Élu footballeur suisse de l’année en 2014, il est membre de l’équipe nationale suisse depuis 2011. Sascha Moeri, CEO de Carl F. Bucherer le décrit ainsi : « Son cœur bat pour la Suisse et, en tant que footballeur européen aux racines internationales, il est chez lui dans le monde entier. Avec son talent, son charisme international et l’amour qu’il porte à son pays natal, il incarne l’essentiel de nos valeurs. »  » Sascha Moeri ne nous donne-t-il pas là du même coup une définition en miroir de la marque qu’il dirige ?