Loading...

Chopard, au service de la haute horlogerie

Chopard célébrait l’an dernier les 20 ans de sa manufacture sise à Fleurier. L’occasion de présenter la L.U.C Full Strike, montre à répétition minutes qui incarne à merveille le savoir-faire unique de la maison.

par Christophe Roulet

Au milieu des années 1990, lorsque Karl-Friedrich Scheufele, coprésident de Chopard, jetait les bases d’une manufacture de mouvements à Fleurier, le monde horloger s’est volontiers gaussé d’une telle démarche. Pourquoi en effet vouloir se lancer dans la production de calibres de haute facture à un moment où la montre mécanique se relevait avec peine de la crise du quartz ? Deux décennies plus tard, alors que les mouvements mécaniques sont devenus un véritable enjeu stratégique, force est de constater que l’intuition et la ténacité de Karl-Friedrich Scheufele passent pour des vertus pionnières. D’autant que Chopard Manufacture s’est largement illustrée par ses réalisations déclinées en 11 familles de mouvements L.U.C intégrant près d’une centaine de références. Pour en souligner la qualité intrinsèque, il suffit de faire référence aux certifications qui, selon les modèles, attestent la bienfacture des montres L.U.C, que l’on cite l’incontournable Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres (COSC), le Poinçon de Genève aux exigences techniques et esthétiques drastiques ou encore la certification Qualité Fleurier et sa batterie de tests impitoyables, sans oublier le label Fairmined recouvrant un approvisionnement d’or éthiquement responsable.

Elégante complication

Pour célébrer un tel univers horloger à l’occasion de ses 20 ans d’existence, la maison ne pouvait raisonnablement faillir à sa réputation d’excellence. Elle avait d’ailleurs promis une surprise de taille. Celle-ci est venue à la veille de la Dubai Watch Week où Karl-Friedrich Scheufele pouvait arborer une L.U.C Full Strike représentant la première répétition minutes de la maison protégée par trois brevets. Et pour bien en saisir toute la portée, quoi de plus naturel que de la faire sonner. Généralement, en de telles occasions, c’est la déception qui l’emporte, vu le tintement à peine audible de timbres assourdis par le « vrombissement » du moteur horloger. Rien de tel avec cette L.U.C Full Strike. Comme l’expliquait Karl-Friedrich Scheufele, « Pour cette montre qui sonne les heures, les quarts et les minutes, nous avons cherché une solution innovante. Les timbres de cette répétition minutes sont ainsi en saphir au lieu d’être en métal et ils sont usinés d’une seule pièce avec la glace pour former un ensemble homogène. C’est ce qui explique cette signature sonore exceptionnelle. » Inutile de dire que cette première mondiale brevetée est accompagnée de son lot de solutions techniques pour assurer la réserve de marche et le tintement régulier des timbres sans interférence sonore du mécanisme et, surtout, pour assurer la sécurité de la pièce lors de toute manipulation. Estampillé du Poinçon de Genève et certifié COSC, ce mouvement 08.01-L aura nécessité 17’000 heures de développement !

Date de création

1860 par Louis-Ulysse Chopard

Statut de la société

Société indépendante en mains familiales

Direction

Caroline Scheufele, Coprésidente
Karl-Friedrich Scheufele, Coprésident

Nombre de collaborateurs

Près de 2’000

Collections phare

Classic Racing, L.U.C, Imperiale, Happy Sport, Happy Diamonds, Haute Joaillerie

Best-sellers

Collection Happy Sport
Collection Mille Miglia

Prix de vente publics

De CHF 1’000.- (bijoux) et 4’000.- (montres) à plusieurs millions de francs pour les modèles uniques (sur demande)

Production annuelle

Montres : 75’000 pièces
Bijoux : 75’000 pièces

Site Internet

www.chopard.com

Mais si Chopard fait preuve d’une parfaite maîtrise des complications horlogères, elle ne le cède en rien à l’élégance, autre signe distinctif des garde-temps de la maison. La nouvelle L.U.C XPS 1860 Officer en offre une parfaite démonstration. Modèle qui présente un galbe tout en finesse grâce au mouvement extraplat L.U.C 96.01-L de 3,3 mm d’épaisseur, cette montre s’affiche tout en sobriété avec son cadran en or alvéolé, guilloché main selon un motif que l’on retrouve sur le clapet articulé protégeant le fond d’un boîtier également décliné en or.

La décoration de cette montre d’officier renvoie à deux temps forts de l’histoire de Chopard. L’intérieur du fond officier à clapet est gravé d’une ruche auréolée d’abeilles, symbole de la marque lors de sa création en 1860, et ce jusque dans les années 1920. Quant au motif central, il s’agit du même que dévoilait la première montre L.U.C lancée en 1996. En cette année où l’aventure Chopard Manufacture a commencé.

Chopard
Mille Miglia Classic XL 90th Anniversary Limited Edition en or rose, pour les 90 ans de la fameuse course italienne d’automobiles classiques.

Dolce vita motorisée

La « corsa più bella del mondo », Chopard n’y a pas résisté. En 1988 déjà, la maison scellait son association avec la Mille Miglia, épreuve de vitesse à ses débuts, rallye de voitures historiques aujourd’hui, entre Brescia et Rome, et dont le coprésident de Chopard, Karl-Friedrich Scheufele, ne saurait rater une seule édition. Pilote à ses heures et collectionneur de voitures anciennes, il a d’ailleurs donné à la collection Chopard Mille Miglia le même allant qui propulse les Aston Martin, Alfa Romeo et autres Ferrari sur les routes italiennes. Clou de la collection, l’édition anniversaire Mille Miglia Classic XL 90th Anniversary Limited Edition rend hommage aux 90 ans de cette course mythique. Avec son boîtier en or rose et son design aux accents délicieusement vintage, elle abrite le mouvement chronographe à remontage manuel et retour en vol L.U.C 03.07-L, réalisé avec le même soin qu’un moteur de Porsche turbocompressé, les finitions de haute horlogerie en plus et les certificats du COSC et du Poinçon de Genève en prime.

By | 2017-12-05T11:33:15+00:00 novembre 17th, 2017|