Loading...

Hermès, une philosophie du temps qui passe

Hermès Horloger a l’art de créer des ponts entre les arts et l’artisanat. Depuis des années, la maison fait appel à des designers ou des architectes de renom pour signer des garde-temps essentiels.

par Isabelle Cerboneschi

La collaboration entre Marc Berthier et Hermès remonte à l’époque où Jean-Louis Dumas était le président de la maison fondée en 1837 par son arrière-arrière-grand-père, Thierry Hermès. Il avait alors demandé à l’architecte-designer de réfléchir à un modèle de montre pour homme, très identitaire, mais le projet n’avait jamais vu le jour.

En 2010, Pierre-Alexis Dumas, le directeur artistique général d’Hermès, s’est souvenu de ces premières recherches et a demandé à Marc Berthier de dessiner une montre. En 2010, Hermès présentait la Carré H : un design épuré à l’extrême, un carré aux angles adoucis, comme la plupart des objets nomades d’aujourd’hui, un boîtier très doux en titane microbillé et en forme de cuvette, des aiguilles bâton de la même largeur que les barrettes des index. Le résultat était simple, efficace, beau, léger. « Tout a été étudié au dixième de millimètre, confie Marc Berthier. Le luxe, c’est épurer un objet de tout décorum. Pour moi c’est une forme d’élégance et la légèreté fait partie de la tradition d’Hermès. ». Le garde-temps était doté d’un mouvement mécanique à remontage automatique, le GP 3200 fabriqué par Sowind, visible à travers un fond saphir. Seuls 173 exemplaires avaient été produits, un par année d’existence de la maison. Ils ont été vendus en moins de trois mois.

Carré H nouvelle génération

Cela aurait été dommage de ne pas continuer l’aventure. « Nous avons voulu poursuivre cette histoire de la Carré H, car avec la première, nous sommes restés sur une frustration : il y en a eu trop peu et elle est partie trop vite. Nous avons souhaité continuer cette histoire, mais avec un autre visage », explique Philippe Delhotal, directeur création d’Hermès Horloger. La nouvelle Carré H, présentée en janvier 2018 au Salon International de la Haute Horlogerie (SIHH), où Hermès expose désormais, emprunte au modèle d’origine sa forme : un carré aux angles adoucis, mais agrandi de quelques millimètres. C’est son visage qui a changé : la ronde des heures s’inscrit dans un cercle en creux, avec des niveaux différents, ce qui donne des ombres projetées et des renvois de lumière sur le boîtier en acier poli et microbillé. Comment inscrire un cercle, la ronde des heures, dans un carré ? « C’est de la géométrie pure, explique Marc Berthier. Nous avons joué sur la typographie des chiffres. Toute l’harmonie naît des proportions. ». Le cadran est guilloché à angle droit, les heures ne sont plus des index mais des chiffres, utilisant le 0 pour une meilleure harmonie et l’aiguille des secondes est jaune ou rouge, selon le modèle choisi. Elle est dotée du mouvement de manufacture Hermès H1912, un mouvement mécanique à remontage automatique avec une réserve de marche de 50 heures.

Date de création

1837

Statut de la société

Société anonyme du groupe Hermès

Direction

Laurent Dordet, CEO

Nombre de collaborateurs

Environ 300

Collections phare

Cape Cod, Heure H, Slim d’Hermès, Arceau

Best-seller

Cape Cod

Prix de vente publics

De CHF 2’000.- à plusieurs centaines de milliers de francs pour les pièces d’exception

Production annuelle

Non communiquée

Site Internet

www.hermes.com

L’amour des belles choses

Marc Berthier est considéré par ses pairs comme un maître, même si le grand public connaît mieux ses créations que sa personne. Nous sommes tous entourés, sans le savoir, de ses objets qui vivent avec nous et nous rendent la vie plus légère. Légère, c’est le maître mot de Marc Berthier, son moteur. Tout ce qu’il crée découle de cette quête. « Pour moi, c’est la clé d’entrée dans le 21ème siècle. La légèreté, c’est la mobilité, une forme de modernité, de progrès, l’économie des matières, des moyens et des énergies », dit-il.

Cet esprit correspond parfaitement à la philosophie d’Hermès qui crée des objets dotés d’une âme. Une montre Hermès n’a pas pour seul but de donner l’heure, elle est conçue pour rendre le temps plus joyeux, plus ludique, plus mystérieux. Le temps Hermès est récréatif : il est des montres qui permettent d’arrêter le temps qui passe, d’autres qui accompagnent les émotions de ceux ou celles qui ont rendez-vous avec la vie. Le temps Hermès, c’est une philosophie.

Slim d’Hermès GMT, édition limitée à 120 exemplaires en palladium, avec cadran gris ardoise et bracelet en alligator mat graphite.

La Slim d’Hermès GMT

La Slim d’Hermès GMT est une invitation au voyage, à la belle errance, plutôt. Aucune indication de ville sur son cadran : on est libre de partir quand on veut, où l’on veut, avec cette montre qui se fait oublier au poignet tant elle est légère. Son boîtier extraplat de 9,48 mm d’épaisseur, façonné en palladium, est le parfait compagnon du globe-trotter du 21ème siècle. Elle est dotée du mouvement extraplat H1950 auquel s’ajoute le module GMT développé par Agenhor, en exclusivité pour Hermès. Son visage dévoile deux fuseaux horaires et deux indications jour/nuit. Il y a l’heure du point de départ et l’heure du point d’arrivée, qui se règle grâce à un bouton pressoir et évolue au fil du périple. Complice du nomade urbain, la Slim d’Hermès GMT se joue des fuseaux horaires et voyage à l’heure d’Hermès, en une joyeuse pérégrination.