Loading...

Hermès, le temps ludique

Avec émotion et fantaisie, Hermès fait du quotidien un espace de jeu depuis 1928. Ses montres ressuscitent l’art perdu de ne pas voir le temps passer.

par Mathilde Binetruy

Pourquoi aime-t-on une montre ? Pour la beauté de son mécanisme ou pour son originalité ? Dans les années 1920, Hermès répond une fois pour toutes à la question : les deux. La marque invente un concept inédit : concilier rigueur et imagination. Elle réalise de nombreux modèles choisissant de pousser toujours plus loin le cursus de l’excellence horlogère et de l’élégance absolue. L’histoire trouve son aboutissement en 1978 avec l’avènement de la société La Montre Hermès SA, un écrin chargé de produire et de commercialiser des références qui révèlent une approche originale. Chaque nouvelle montre incarne un style différent tout en restant fidèle aux principes de base : un savoir-faire exigeant, la légèreté de l’inattendu et l’oubli de la séquence, de la mesure, du contrôle au profit d’un espace de récréation. Pour parvenir à ce seuil d’aboutissement, la marque manie le paradoxe avec aplomb. La complication est mise au service de l’émotion, à l’instar du modèle Slim d’Hermès L’heure impatiente, dont la fonction « heure impatiente » invite à se réjouir du moment à venir. Le principe : régler sur le compteur de la montre l’heure de l’évènement attendu qui surviendra dans moins de 12 heures. Une heure avant qu’il ne se produise, le sablier mécanique s’enclenche, et on suit la progression à 6h sur le cadran. « Gare à la précipitation ! », semble être le message de cette Slim, qui bat au rythme du mouvement Hermès H1912. Dans un monde régi par l’urgence, la création érige l’attente en vertu. L’expérience suprême reste le moment où retentit la note tant espérée, indiquant que l’évènement est arrivé. Le cadran de 1 mm entre en résonnance avec la vibration du timbre. Tout concourt alors : la belle mécanique et la magie de l’instant.

Une icône née d’une fronde

Un autre modèle se distingue également par son côté espiègle : la Cape Cod Shadow. En 1991, Henri d’Origny, complice de toujours de la maison, est mandaté par Hermès pour dessiner une montre carrée. Mais le créateur, libre, ne l’entend pas ainsi. Lui, préfère apporter une réponse presque irrévérencieuse. La montre Cape Cod sera un « carré dans un rectangle ». La dernière-née de la collection fait honneur au caractère audacieux de son créateur : traitement DLC noir du boîtier, cadran noir mat, astiquage des tranches du bracelet teintes de rouge, voilà le style de celle qui n’aime rien tant que la liberté. N’oublions pas de mentionner l’inspiration des attaches du bracelet, issue du fameux bracelet « Chaîne d’Ancre », datant de 1937. Quant à son nom, il évoque une mythique station balnéaire de la côte Est américaine et rappelle sa filiation avec le motif maritime.

Hermès

Date de création

1837

Statut de la société

Société anonyme du groupe Hermès

Direction

Laurent Dordet, CEO

Nombre de collaborateurs

306

Collections phare

Arceau, Cape Cod, Heure H, Slim d’Hermès

Best-seller

Cape Cod

Prix de vente publics

De CHF 2’000.- à plusieurs centaines de milliers de francs pour les pièces d’exception

Production annuelle

Non communiquée

Site internet

www.hermes.com

Hermès, fais-moi peur !

Aux esprits chagrins qui craignent que l’audace ne prenne le pas sur l’expertise, Hermès répond donc toujours par une édition merveilleuse. Il fallait imaginer cette drôle de rencontre entre un ours bourru et la technique délicate de l’émail miniature dans la montre Slim Grrrrr ! Avec cette création, la marque démontre son talent, autant lié à un savoir-faire séculaire qu’à une interprétation singulière du temps, d’être dans l’air du temps.

L’animal issu du motif d’un carré Hermès dessiné par l’artiste Alice Shirley est reproduit en émail sur le cadran d’un boîtier en or blanc de 39,5 mm de diamètre. Son mouvement extraplat H1950 indique les heures et les minutes. Faut-il avoir peur de se retrouver nez à nez avec ce grizzli sauvage signé Hermès ? Non. Quand on porte le nom d’un Dieu qui dans la mythologie grecque est loué pour apporter la bonne fortune, le bon hasard, il n’y pas lieu de s’inquiéter.

Hermès

La grande évasion

Dans sa dernière campagne publicitaire – « Le temps, un objet Hermès » – la marque imagine un pont entre passé, présent et avenir. La montre y est présentée comme un objet conçu pour se téléporter dans l’espace-temps. Ainsi, la Slim d’Hermès L’heure impatiente évoque le moment à venir, la Cape Cod symbolise l’instant hors des contingences matérielles et enfin, l’Arceau Le temps suspendu permet de se déconnecter de la réalité. La belle mécanique devient une invitation à un voyage dans un monde non régi par des heures, des minutes ou des secondes mais par une autre dimension. Celle du plaisir, de la parenthèse enchantée, de l’oubli, de l’improvisation et de l’art de vivre. Avec cette campagne signée Paul Young, Hermès parvient à combler ceux qui ne désirent qu’une seule chose : se sentir absolument là et complètement ailleurs. Ça fonctionne à merveille. C’est un désir quasi universel.

By | 2017-12-05T11:22:00+00:00 novembre 20th, 2017|