Loading...

Hublot, volcan créatif en fusion

La manufacture est l’une des rares à se construire non seulement sur un modèle iconique – la Big Bang – mais aussi sur un concept transversal qui irrigue tous ses développements : l’Art de la Fusion. Décryptage.

par Olivier Müller

Hublot est un volcan en perpétuelle ébullition, que cela soit visible en surface ou dans le secret de ses laboratoires de Recherche & Développement à Nyon. Tout s’y concentre, les matériaux mais aussi les idées, les concepts, portés à des états extrêmes pour rejaillir ensuite en éruption créative brûlante, un concentré d’innovations éblouissant. À ceux qui prédisaient la fin d’un effet de mode, on les renverra bien volontiers aux fondamentaux de la géologie : Hublot, comme les volcans, verra défiler les générations.

Innover par l’évidence

La métaphore volcanique n’est pas qu’une figure de style. Depuis près de 15 ans, Hublot suit une même devise : l’Art de la Fusion. La marque l’a incarnée dès ses premiers modèles en mariant or et caoutchouc. Autrefois crime contre le bon goût du luxe horloger, c’est aujourd’hui devenu un standard du sport-chic contemporain. Encore fallait-il oser. « La fusion, c’est la vie. Un concept tellement simple qu’un enfant peut le comprendre. C’est la clé́ des succès, innover en induisant ce sentiment d’évidence. De tous temps, les réflexions les plus simples ont mené́ aux plus grands exploits », explique Jean-Claude Biver, Chairman de Hublot. En associant des éléments issus de la nature qui ne se rencontrent jamais à l’état natif, Hublot a tout simplement reproduit le Big Bang.

La manufacture ne s’est évidemment pas arrêtée là. Fusionner les éléments est une chose, en tirer des qualités techniques en est une autre. Hublot n’a jamais perdu de vue cet objectif : rendre la montre plus résistante, plus légère, plus brillante, plus longtemps. Ainsi sont nés les Hublonium, King Gold, Magic Gold, des alliages réputés inaltérables. Hublot investit notamment dans la recherche fondamentale en collaborant avec l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) depuis 2010.

Hublot

Date de création

1980

Statut de la société

Société anonyme, branche de LVMH Swiss Manufactures SA

Direction

Jean-Claude Biver, Président de Hublot

Ricardo Guadalupe, CEO

Nombre de collaborateurs

460

Collections phare

Big Bang, Classic Fusion, Spirit of Big Bang, Manufacture Pieces, Techframe

Best-sellers

Modèle homme: Big Bang Unico

Modèle femme : Classic Fusion 38 mm

Prix de vente publics

De environ CHF 5’000.- à 280’000.- (hors MP et haute joaillerie)

Production annuelle

45’000 pièces

Site Internet

www.hublot.com

Mariage italo-suisse

Créer reste toutefois un pur exercice de style si le public n’y adhère pas. Le succès commercial reste le seul marqueur objectif de la performance d’une idée. En termes de performance, Hublot n’a pas pu trouver meilleur allié que Ferrari. Le mythique constructeur italien, courtisé à l’extrême mais réputé pour son intransigeance, est partenaire de Hublot depuis 2011. Chaque nouvelle édition incarne donc la quête d’innovation, d’excellence et de performance qui unit les deux maisons. La dernière Big Bang Ferrari ne déroge pas à ce principe. La silhouette de la pièce évoque les lignes des bolides italiens, avec un compteur de minutes à 3h qui rappelle un compte-tours. Le guichet de date est dessiné comme un indicateur de vitesse, poursuivi par le fameux cheval cabré à 6h. À 9h, le compteur des secondes emprunte la silhouette des extracteurs d’air. Côté boîtier, les contours de la lunette sont marqués d’une découpe au niveau des six vis, comme le volant à commandes intégrées des bolides italiens.

Un anniversaire collector

Dernier chapitre en date de cette union, la Techframe Ferrari 70 Years Tourbillon Chronograph. La pièce a marqué une nouvelle étape de l’union entre Ferrari et Hublot. Cette série très limitée (trois éditions de 70 exemplaires) fête les 70 ans de la firme italienne. Sa particularité ? « Dessinée par Ferrari, réalisée par Hublot ». Les designers italiens sont partis du mouvement et ont conçu autour un châssis extrêmement performant. Ils ont reproduit le même cahier des charges qu’une authentique Ferrari : résistance optimale pour un poids minimal. Usage du titane, du carbone, de l’aluminium, d’une structure alvéolaire : la Techframe Ferrari 70 Years Tourbillon Chronograph est la première montre-automobile de l’histoire. À moins que ce ne soit l’inverse…

Hublot
Classic Fusion Chronograph Italia Independent, en céramique noire, cadran et bracelet en tissu de costume Rubinacci « Prince de Galles ».

Amours italiennes

Hublot et l’Italie poursuivent leur romance bien au-delà de la passion mécanique. Depuis 2014, la manufacture est partenaire d’Italia Independent. La griffe fondée par Lapo Elkann est à l’origine de deux modèles présentés ce printemps à Baselworld. La première, la Big Bang One Click Italia Independent, est la première pièce féminine issue de cette fusion italo-suisse. Elle marie céramique noire, diamants et velours, s’affranchit du chronographe et adopte à la place un système breveté de changement rapide de bracelet, le « One Click ». La seconde est le tout premier modèle commun qui prend pour base non plus la fameuse Big Bang, mais la Classic Fusion. Ainsi est née la Classic Fusion Chronograph Italia Independent, habillée des tartans de la maison Rubinacci, probablement l’atelier le plus élégant au monde, tenu depuis trois générations par une famille qui habille le Duc de Kent, Bryan Ferry ou la famille Agnelli.

By | 2017-12-05T11:11:52+00:00 novembre 20th, 2017|